Chômage : quel impact sur notre santé psychologique ?

Chômage : quel impact sur notre santé psychologique ?

Problèmes de couple : faut-il consulter un psy ou un conseiller conjugal ?
1 octobre 2020
Qu’est-ce que l’hyperphagie ? 
8 octobre 2020

Chômage : quel impact sur notre santé psychologique ?

Le chômage nuit gravement à la santé mentale. C’est le constat de nombreuses études réalisées sur ce sujet. Quels impacts l’inemploi a-t-il sur notre mental ?

Vers un désordre psychologique

Chômage : quel impact sur la santé psychologique ?

Que nous soyons confrontés à un licenciement, une démission ou même une réorientation de carrière, l’inactivité professionnelle a des conséquences sur notre psychique. D’après une étude anglaise publiée dans le Journal of Applied Psychology  le chômage de longue durée aurait comme effet de rendre les individus désagréables et introvertis. Le sentiment d’impuissance mais aussi la culpabilité seraient des émotions ressenties par les personnes sans emploi. Cela créerait un désordre psychique. 

Une spirale négative dont il faut s’échapper

Chômage : quel impact sur la santé psychologique ?

La période de chômage s’apparente à une sorte de cercle vicieux. Si les refus s’accumulent ou l’impression de ne pas avancer dure, les déceptions s’accentuent. A force de postuler, d’enchaîner les entretiens, la motivation et la confiance en soi déclinent. Au début on essaie de garder un rythme de vie actif. Au fil du temps les désillusions perturbent ce cycle. A cette perte de repère s’ajoute la diminution des contacts sociaux. D’après une étude réalisée par un psychiatre américain Robert Waldinger, les personnes les plus épanouies sont celles qui entretiennent des liens sociaux. Les personnes isolées quant à elles voient leur santé s’affaiblir comme leurs capacités cognitives. 

Le chômage augmenterait les troubles dépressifs

Le chômage augmenterait les troubles dépressifs

Comparativement aux actifs occupés, les chômeurs déclarent avoir eu significativement plus d’épisodes dépressifs majeurs au cours des douze derniers mois (Insee). D’après les Baromètres santé de l’Inpes, 17,4 % des personnes au chômage ont consommé des médicaments psychotropes dans les 12 derniers mois en 2005 et 2010. Une étude réalisée par des chercheurs parue en janvier dernier dans The Lancet Psychiatry, révélait par ailleurs, que près de 45.000 suicides par an seraient imputables au chômage dans une soixantaine de pays.

Près d’une personne sur trois a été confrontée au moins une fois dans l’année au chômage. Il s’agit d’un véritable problème de santé public. La santé psychologique des personnes qui subissent le chômage ne doit pas être négligée.