Education : faut-il punir ses enfants lorsqu'ils désobéissent ?

Faut-il punir ses enfants ?

5 clés pour être heureux en couple
5 clés pour être heureux en couple
25 mai 2020
Dévevelopper une parentalité de l’Être et de la Curiosité
Développer une parentalité de l’Être et de la Curiosité
15 juin 2020

Faut-il punir ses enfants ?

Faut-il punir ses enfants ?

Votre enfant ne cesse de désobéir ou n’en fait qu’à sa tête ? Lorsque l’on est parent, il est parfois difficile d’exercer son autorité. En matière d’éducation, les avis divergent. Alors, quand votre progéniture franchit la limite, punir est-il nécessaire ?

Est-il utile de punir ?

Faut-il punir ses enfants ?

Dans une société où l’enfant est roi, il est fondamental de lui offrir une éducation qui l’aidera à grandir et à acquérir un équilibre psychique. Mais l’éducation passe souvent par la punition. En effet, si un parent satisfaisait tous les désirs de son enfant, il pourrait le mettre en danger et l’empêcher de se construire correctement. L’éducation repose sur un système de règles, et la sanction vient réaffirmer ces règles lorsque l’enfant ne les suit pas. La punition peut-être utile par exemple, pour dissuader d’un comportement volontaire, surtout lorsqu’il comporte des risques pour l’enfant ou les autres.

Punir pour responsabiliser

Faut-il punir ses enfants ?

L’interdit est sécurisant pour l’enfant, il a besoin de limites pour pouvoir se développer et se responsabiliser. Cependant, lorsqu’il désobéit, des règles s’appliquent aussi à la punition. La sanction doit toujours être précédée d’avertissements et d’explications. Lorsque l’enfant fait une bêtise, on ne négocie jamais, on s’en tient aux règles ! Menacer de punition et ne jamais sanctionner est le meilleur moyen de perdre toute obéissance et de dérégler totalement les repères.

Des punitions à bannir

Des punitions à bannir

Certaines punitions comme la violence psychologique (remarques dévalorisantes ou menaces) et la violence physique sont à bannir. Il s’agit là de sanctions inappropriées et dévastatrices. Mais si vous sentez que vos nerfs lâchent (ce qui peut arriver), la solution est d’envoyer l’enfant dans sa chambre. Ainsi, vous aurez le temps de vous calmer et de réfléchir à la nécessité de punir. L’enfant quant à lui pourra penser à sa conduite. Aussi, si vous avez des doutes, il est important d’en discuter avec l’autre parent afin d’opter pour une sanction juste et adaptée.

Des punitions adaptées

Faut-il punir ses enfants ?

Le type de punition doit être en fonction de la gravité de la faute et de l’âge de l’enfant. Les sanctions ne seront pas les mêmes s’il s’agit d’un enfant en bas âge ou d’un adolescent. Egalement, on ne punira pas de la même façon un mensonge ou une insulte par exemple. La punition doit être en lien avec la bêtise. Par exemple, si vous menacez votre enfant de l’interdir de jeux vidéo alors qu’il n’a pas rangé sa chambre, il n’apprendra rien. Les deux actions n’ont pas de lien entre elles, et ne font donc pas sens. Au contraire si vous dites « j’aimerais que tu ranges ta chambre, sinon tu devras ranger l’entrée » on reste dans une cohérence.

Par ailleurs, lorsque l’on a pas d’autre alternative que de priver pour punir, il faut opter pour des activités comme la télévision, les sorties… Et non des activités qui permettent de se développer et s’épanouir comme le sport, l’art, ou la cuisine…

Existe-t-il une éducation positive ?

Existe-t-il une éducation positive ?

Lorsque l’on parle de punition, on imagine directement fessée, correction, éducation stricte.. Et certains parents culpabilisent à l’idée d’infliger une éducation où la punition aurait sa place. Rien n’est plus normal pour un enfant que de faire des bêtises : il s’agit pour lui d’expérimenter et de découvrir le monde qui l’entoure. Alors même si vous faites preuve de la plus grande bienveillance du monde, il y aura forcément des moments où la dispute sera inévitable. Le plus important c’est de ne pas culpabiliser l’enfant. C’est la bêtise qu’il a faite qui vous a énervée et pas lui.

Et pourquoi se contenter de punir uniquement quand ça va mal, et ne pas le féliciter quand son comportement est agréable ?

A Lire également : 

Harcèlement scolaire : comment aider et accompagner son enfant ?