Positive You | Vos psychologues en ligne

Repérer la violence conjugale dans son couple

Harcèlement scolaire : comment aider et accompagner son enfant ?
6 novembre 2019
Comment le chant rend-il heureux?
6 novembre 2019

Repérer la violence conjugale dans son couple

La Violence Conjugale c ‘est quoi?

Tout d ‘abord il faut distinguer deux situations :

Le « conflit conjugal » de la « violence conjugale » :

Le conflit:

Le conflit implique interaction, un débat.

Il est à même d’entraîner une négociation et de faire évoluer les points de vue.

La violence conjugale :

Elle est un processus de domination au cours duquel l’un des deux conjoints (homme ou femme) installe et exerce une emprise sur l’autre en usant de :

«.. tromperie, de séduction, de menaces, de contraintes ou de tout autre moyen à l’encontre du partenaire et ayant pour but et pour effet ou de chercher à l’intimider, de la punir, ou de l’humilier,ou en la/le maintenant dans des rôles stéréotypés liés à son sexe, Ou encore en lui refusant sa dignité humaine, son autonomie sexuelle, son intégrité physique, mentale et morale, ou en ébranlant sa sécurité personnelle, son amour-propre, sa personnalité, ou de diminuer ses capacités physiques ou intellectuelles. »

Si beaucoup de femmes sont victimes de violences conjugales, il faut aussi reconnaitre celle subie par les hommes et dont on parle moins. Cet article s ‘adressera donc aux deux sexes car la violence entraine

d ‘importantes souffrances dans les deux cas..

Les types d ‘agressions :

Violence psychologique

T’es bon(ne) à rien ! » « Regarde de quoi t’as l’air” “T’es qu’un(e) incapable”

« T’es qu’un(e) malade”

“Tu sais, personne ne te croira

“Tu reverras plus jamais les enfants”

“T’es qu’une merde !”

“Si tu me quittes, j’te fais la peau”

“Tu peux t’sauver, moi j’te retrouverai”

DES MENACES…. beaucoup de menaces.

Violence verbale

Cris , hurlements ou inversement silence, chuchotements inaudibles.

« Prépare-toi, tu vas l’avoir ta dérouillée » .« Pas la peine de filer doux, j’t’aurais » .« Où que tu ailles, j’aurai ta peau … »

Insultes, grossièretés, obscénités,injures sexuelles.

Ces deux formes de violence psychologique et verbale permettent à l’agresseur(e), sans porter aucun coup, d’atteindre le but recherché : créer une tension insupportable pour le/la conjoint(e) et maintenir un climat de peur et d’insécurité.

Violence physique

Atteintes à l’intégrité corporelle.

cracher au visage. tirer les cheveux bousculer. pousser.

secouer .taper

Causer des blessures.

morsures. entailles. lacérations. coupures .fractures. brûlures.

Violence physique contre ou avec des objets.

Détruire vaisselle et mobilier, ce qui vient de la famille,

Déchirer les papiers personnels, les vêtements,

Priver de l’usage du téléphone, de nourriture, de traitement médical, Confisquer des objets notamment clés, papiers.

Séquestrer

Battre avec des instruments et des armes, des outils etc..

Mettre sous terreur

Conduite automobile dangereuse

Violence contre les animaux….

Violence économique

Elle vise à priver de ressources : dépendance financière donc au/à la conjoint(e) violent(e).

Plusieurs cas de figure se présentent :

Quand la/le conjoint(e) n’est pas salarié(e) :

o Ne plus donner “l’argent du ménage”.

o Exiger des comptes au centime près pour le moindre achat.

o Refuser toute dépense pour l’entretien personnel de la victime.

Quand le/la conjoint(e) est autonome financièrement :

o Lui interdire d’exercer un emploi salarié.

o L’obliger à changer de profession.

o Faire porter sur son salaire toutes les dépenses incompressibles du ménage.

o Ne plus participer personnellement aux charges du ménage (frais liés à l’éducation des

enfants, frais de logement : emprunts, loyers, crédits, frais médicaux).

° Détourner son salaire

Violence sexuelle

Sévices sexuels et viols

Coups et blessures sur les parties génitales et sexuelles.

Relations sexuelles contraintes

Viols

Agissements sexuels imposé, etc..

Pornographie

Contraindre à voir ou écouter du matériel pornographique .

Contraindre à poser pour photos ou vidéos

Obliger à prendre des positions dégradantes

Relations sexuelles devant témoins etc…

Exploitation sexuelle

Relations imposées avec plusieurs partenaires.

Proxénétisme, etc…

LE FAIT QU’UNE PERSONNE NE PRESENTE PAS DE BLESSURES PHYSIQUES NE SIGNIFIE PAS

QU’ELLE N’AIT ETE NI BATTUE, NI VIOLENTEE !

Cycles de la violence:

La violence s’installe progressivement dans le couple.

Son évolution suit une courbe croissante qui va de la moindre à la plus grande dangerosité.

1. Agressions psychologiques

2. Installation de la violence verbale

3. Agressions physiques

4. Homicide.

Cette évolution peut se développer sur de très longues périodes. Il peut y avoir violence psychologique et verbale pendant des années avant la première agression physique.

Dans la majorité des cas, le comportement du/de la conjoint(e) violent(e) est de plus en plus dangereux et s’aggrave avec le temps.

Dans une relation conjugale marquée par la violence, le cycle de violences se répète plus ou moins régulièrement et s’accélère avec le temps. En voici le processus,

Ce cycle de violences s’organise en quatre phases :

1. TENSION ou ESCALADE

Mise en place du système d’emprise

L’agresseur(e) exerce des pressions psychologiques, contrôle, isole la victime.

La victime se sent inquiète, tente d’améliorer le climat, fait attention à ses propres gestes et paroles.

2. AGRESSION ou EXPLOSION

Épisode de violences (quelle que soit la forme)

L’agresseur(e) donne l’impression de perdre le contrôle de lui/elle-même mais prend en fait le contrôle de la situation.

La victime ne comprend pas et tente de calmer la situation.

3. DENI, TRANSFERT DES RESPONSABILITES

Minimisation de la violence

L’agresseur(e) reporte la responsabilité des violences sur sa/son partenaire.

La victime se sent responsable de la situation.

4. REMISSION, SURSIS AMOUREUX ou LA LUNE DE MIEL

Moyen utilisé par l’auteur(e) pour reconquérir la victime

L’agresseur(e) promet un changement.

La victime lui donne une chance, lui apporte son aide, constate ses efforts,change ses propres habitudes.

C’est le calme avant la récidive.

L’agresseur(e) constate qu’aucune conséquence dommageable pour lui/elle n’a découlé de ses actes violents.

Il/elle teste son impunité. Le climat de domination se réinstalle. Violence psychologique et verbale reprennent et le cycle recommence.

L’accéleration des épisodes de violence laisse la victime de plus en plus épuisée.

Dans la confusion quant à l’analyse de sa situation et des responsabilités, dans le doute sur ses capacités à s’en sortir. Il faudra un événement déclencheur pour que la victime comprenne que son conjoint cherche à la détruire et que sa vie (et celle de ses enfants éventuellement) est en danger.

Schéma du cycle de la violence : (d’après Leonore Walker).

RESSENTIS DES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES, CONSEQUENCES

Les victimes de violences vivent des situations émotives gravement perturbantes provoquant une série de répercussions :

1. Perte de l’estime de soi . Honte.

2. Sentiments contradictoires envers l’agresseur(e) amour et agressivité (ambivalence)

Espoir et attachement affectif mais terreur.

3. Anxiété de la rupture et du départ .Responsabilisation quant à l’échec conjugal et familial et prise en charge des enfants.

4. Pressions de l’entourage.

Culpabilisation autour du statut de victime et de l’échec conjugal. Reproches quant à la conduite adoptée.

Demandes irréalistes : « tu n’as qu’à… “il faut que tu fasses ça..”.

5. Conséquences du départ : économiques ,sociales ,affectives, familiales, professionnelles.

6. Absence d’appuis amicaux , juridiques ou sociaux.

7. Méconnaissance et sous-information de ses droits personnels et des recours .

Si vous pensez être victime de violences conjugales :

En prendre conscience déjà est une étape importante, vous sortez du déni.

Parler à une personne de confiance, rompez le silence absolument, faites vous aider pour partir, être hébergée ou préparer votre départ et vous mettre en sécurité, parfois on trouve le courage de porter plainte ensuite, c ‘est bien plus tard quand l ‘urgence de la sécurité est résolue, qu’il est possible de commencer un travail sur soi pour sortir de l ‘emprise qui reste active meme après le départ.( souvent d ‘ailleurs il faut plusieurs départs..) et comprendre ce qui nous a mené ou maintenu là .

Ne culpabilisez pas, cela peut arriver à tout le monde malheureusement, le temps de réaction dépend de l’ estime de soi et d’un sentiment de culpabilité inconscient sur lequel s ‘ancre le mécanisme de la dépendance affective avec le/la violent(e). : L ‘emprise.

Ces éléments sont souvent le produit de votre histoire personnelle d ‘enfant, ils mettent du temps à être conscientisés et il y’a un temps nécessaire , des étapes de reconstruction pour les appréhender.

Des associations peuvent vous aider à différents niveaux, contactez les. La priorité c ‘est d abord votre sécurité.

Violences Conjugales Infos :

39.19

Ecoute Orientation Information

pour les victimes et les professionnels concernés