Non, la violence faite aux femmes n’est pas un mythe !

La violence envers les femmes introduit toutes sortes d’agressivité à l’égard de ces dernières – qu’elles soient physiques ou verbales.  Elle est malheureusement toujours présente dans nos sociétés et ne cesse de s’amplifier. En 2017, selon les données récoltées par la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), 130 femmes ont été tuées par leurs conjoints ou leurs ex-compagnons contre 123 en 2016.

Les différentes formes de violence dans le couple

Violence sur les femmes

On parle de violence conjugale lorsque l’un des deux conjoints exerce une domination sur l’autre. Elle inclut tous les actes de violence au sein du couple, qu’ils soient mariés, pacsés, ou en union libre.

On peut distinguer 3 formes de violence conjugale :

La violence psychologique désigne le fait de porter atteinte à l’intégrité morale d’une personne par des insultes, une attitude autoritaire, des humiliations…

La violence physique se traduit par des comportements violents, comme des coups à mains nues, ou avec des objets, par strangulation, coups de pied…

La violence sexuelle se caractérise par le fait d’imposer une relation ou bien des actes sexuels non-consentis à son partenaire. Ce qui est considéré comme un viol.

Les femmes victimes de harcèlement de rue

Le harcèlement de rue englobe l’ensemble des comportements sexistes que les femmes subissent au quotidien (sifflements, insultes, menaces, agressions physiques…).

Selon une étude de l’Institut français de l’opinion publique (Ifop), 86% des femmes témoignent avoir été victimes de ce genre de situation.

Depuis quelques années, on assiste à un phénomène de plus en plus présent, celui des « frotteurs ». Ces derniers profitent des périodes d’affluence dans les transports en communs pour se « coller » à leurs victimes : c’est une forme d’agression sexuelle.

La violence faite aux femmes dans le monde

Violence femme

La violence faite aux femmes traverse les frontières. Elle peut prendre différentes formes et varie selon les pays. L’ONU rapporte que plus de 133 millions de femmes ont subi la mutilation génitale dans 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient où cette pratique est la plus courante.

Dans certaines sociétés, cela se termine de manière tragique. Par exemple, en Inde et au Pakistan, le crime « d’honneur » est courant. Dans le cas où une femme fréquente un homme « hors-mariage », ce qui est très mal vu, les hommes de la famille par « dignité » commettent l’irréparable.

Comment se reconstruire ?

Face à ce phénomène, il est difficile pour la plupart des femmes de s’en sortir. Plusieurs solutions existent telles que des foyers pour femmes battues, des numéros verts, des associations de soutien aux femmes victimes.

Par ailleurs, parler à un psychologue permet de se libérer et de faire prendre conscience à ces femmes de leur situation afin de les aider à se reconstruire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *